Les primes « Coup de pouce », une aide exceptionnelle aux travaux d’économies d’énergie

mardi 16 avril 2019

Le dispositif des Certificats d’Économie d’Énergie (CEE) oblige les fournisseurs d’énergie (électricité, gaz naturel, chaleur, froid, fioul domestique, carburants et GPL pour automobiles), les grandes surfaces alimentaires qui vendent du gaz, du fioul, de l’essence, et certaines grandes surfaces de bricolage à réaliser des actions d’économie d’énergie.

Ceux-ci sont doivent favoriser l’efficacité énergétique auprès des consommateurs d’énergie : ménages, collectivités territoriales ou professionnels à travers des incitations, notamment sous forme de « primes énergie » (pour tous les ménages) et, depuis 2017, de « primes Coup de pouce » dédiées aux ménages modestes.  

Depuis le 10 janvier 2019, elles sont renforcées (en terme de montants, conditionnés aux ressources de ménages) et déclinées en primes Coup de pouce Chauffage et primes Coup de pouce Isolation, a minima jusque 2020.

Il s’agit d’une baisse de prix d’achat sur les matériaux et équipements éligibles, qui peut être versée par virement ou par chèque une fois les travaux réalisés, ou être donnée sous forme de "bons d'achat". Certains acteurs fournissent des conseils personnalisés ou des prêts préférentiels au lieu de primes.

Mobilisables par les propriétaires comme les locataires, en résidence principale ou secondaire, les primes Coup de pouce concernent les ménages modestes qui répondent aux mêmes conditions de ressources que pour le programme Habiter Mieux de l’Anah

Elles sont plus élevées que les primes énergie auxquelles l’ensemble des ménages peuvent prétendre en cas de travaux, et se concentrent autour de 4 types de travaux avec un montant minimum attribué (selon que le ménage soit considéré comme modeste ou non) :

Selon que le ménage soit considéré comme modeste ou non :

  • 2 500 à 4 000 €  pour l’installation d'une pompe à chaleur air/eau ou eau/eau ou hybride,
  • 2 500 à 4 000 €  pour l’installation d'une chaudière biomasse performante
  • 2 500 à 4 000 €  pour l’installation d'un système solaire combiné
  • 600 à 1 200 €  pour l’installation d’une chaudière à gaz à très haute performance énergétique
  • 500 €  pour l’installation d'un appareil de chauffage au bois très performant
  • 450 à 700 €  pour le raccordement à un réseau de chaleur  ENR&R
  • 10 à 20 € par m2 pour l’isolation des combles et des toitures
  • 20 à 30 € par m2 pour l’isolation des planchers bas

Les matériaux et équipements doivent répondre aux mêmes critères de performance que ceux de l’EcoPTZ.

Pour en savoir plus sur les primes énergie liées au dispositif des CEE

 

Dernières actualités

Partagez