Isolation des toitures terrasses

Quelles sont les différentes solutions ?

Isolation sous l'étanchéité

Isolation dite "inversée" sur l'étanchéité. Attention : l'isolant est plus exposé et peut donc se détériorer très rapidement

Quelles sont les précautions à prendre ?

  • L'isolant doit être choisi en fonction de l'usage de la terrasse (accessible ou non) et des charges que l'isolant devra supporter.
  • L'épaisseur d'isolant supplémentaire peut conduire à un réhaussement des acrotères.
  • Les isolants doivent être incombustibles autour des conduits de cheminée.

Points de vigilance

  • Les Produits Minces Réfléchissants (PMR) quelquefois appelés malheureusement « isolants minces » ne sont pas des produits miracles : quelques centimètres de PMR ne sont pas du tout équivalents à 20 cm d'isolant « classique » comme les publicités l’ont parfois laissé croire ! Il s'agit en réalité de compléments d'isolation et il faut les poser avec une grande précaution (mettre une lame d’air entre la paroi et l’isolant) pour qu'ils n'engendrent pas de désordres (risque de condensation).
  • Les toitures terrasse subissent des contraintes climatiques fortes. L'isolant thermique doit respecter ces contraintes.  En empêchant la diffusion de la chaleur solaire reçue par la dalle de couverture, l’isolant soumettrait celle-ci à des chocs thermiques désastreux pouvant entraîner des ruptures d’étanchéité et des fissurations graves. Ainsi, l'isolation en sous face de dalle est strictement déconseillée.

Comment évaluer la performance des produits ?

L'efficacité des isolants est mesurée par leur résistance thermique R, indiquée sur l'étiquette de la certification Acermi du produit. La résistance R varie en fonction de l'épaisseur et de la nature du matériau. Plus R est grand, meilleure est l'isolation. 

Que dit la réglementation ?

Depuis 2007, les travaux de rénovation sont soumis à une réglementation appelée « Réglementation Thermique dans l'existant, élément par élément ». Cette réglementation sera renforcée dès le 1er janvier 2018.

En toiture terrasse, il est donc obligatoire de poser un isolant tel que R≥ 2,5 jusqu'au 31 décembre 2017, et R≥ 3,3 à partir de 2018. Cela correspond par exemple à 6 cm de polyuréthane.

 

Attention : depuis le 1er janvier 2017, les travaux importants de réfections de toiture (c'est-à-dire portant sur au moins 50% de la surface de la toiture) doivent intégrer une isolation permettant d'atteindre les niveaux de performance de la réglementation thermique "élément par élément".

Cela signifie que même si l'objectif premier de la réfection de la toiture n'est pas d'isoler mais par exemple de réparer, il faut tout de même le faire.

Peut-on bénéficier d'une aide financière ?

Le crédit d'impôt de transition énergétique

Pour obtenir le crédit d'impôt pour des dépenses de travaux effectuées en 2017 ou 2018, il faut poser un isolant tel que R≥ 4,5, et que l'isolant ait été posé par un professionnel Reconnu Garant de l'Environnement (RGE). Cela correspond par exemple à 12 cm de polyuréthane.

Le crédit d'impôt s'élève à 30%. Il s'applique sur le matériel et la main d’œuvre dans la limite d'un plafond de dépense de 150 € TTC / m².

En savoir plus sur le crédit d'impôt

L'éco-prêt à taux zéro

Pour bénéficier de l'éco-PTZ pour des travaux d'isolation de toiture terrasse, il faut a minima poser un isolant tel que R≥ 4,5, et que l'isolant ait été posé par un professionnel Reconnu Garant de l'Environnement (RGE).

Pour bénéficier de l'éco-prêt à taux zéro, il faut soit réaliser une autre catégorie de travaux éligible à l'éco-prêt, soit réaliser les travaux préconisés par une étude thermique.

 

Contenu rédigé par le Club de l'Amélioration de l'Habitat.

Partagez