Isolation des murs par l’extérieur

Poser une isolation thermique sur des murs se fait par l’intérieur ou par l’extérieur. Ces techniques ont chacune leur points forts et leurs points faibles.

Quelles sont les différentes solutions ?

  • Pose d’un isolant recouvert d’un enduit mince.
  • Pose d’un isolant et d’un bardage
  • Pose d’une vêture : Une vêture est l'association d'un isolant et d'un parement.

Quelles sont les précautions à prendre ?

  • Il n'est parfois pas possible de réaliser une isolation par l'extérieur pour des questions d'emprise sur la voie publique ou de respect des règles de protection du patrimoine architectural.

  •  Lors de l'isolation, effectuer des retours d'isolant au niveau des fenêtres et des "joues" des balcons lorsque cela est possible.

  • Attention à ne pas boucher les grilles de ventilation existantes, hautes ou basses, lors de travaux d'isolation.

Comment évaluer la performance des produits ?

L'efficacité des isolants est mesurée par leur résistance thermique R, indiquée sur l'étiquette de la certification Acermi du produit. La résistance R varie en fonction de l'épaisseur et de la nature du matériau. Plus R est grand, meilleure est l'isolation.

Que dit la réglementation ?

 Depuis 2007, les travaux de rénovation sont soumis à une réglementation appelée « Réglementation Thermique dans l'existant, élément par élément ». Cette réglementation sera renforcée dès le 1er janvier 2018.

Vous êtes soumis à cette réglementation si les murs devant être isolés sont en briques industrielles, blocs béton industriels ou assimilés, béton banché et bardages métalliques.

Par ailleurs, les travaux d’isolation par l’extérieur ne doivent pas conduire à des modifications de l’aspect de la construction qui entreraient en contradiction avec les dispositions de protection du patrimoine et des paysages.

Pour les murs donnant sur l'extérieur, il est obligatoire de poser un isolant tel que R≥ 2,3 jusqu'au 31 décembre 2017, et R compris entre 2,2 et 2,9 selon la zone climatique concernée à partir de 2018.. Cela correspond par exemple à au moins 8 cm de polystyrène expansé ou de laine minérale (voir les conditions particulières dans l'arrêté).

Attention : depuis le 1er janvier 2017, les travaux importants de ravalement de façades (c'est-à-dire portant sur au moins 50% de la surface de la façade) doivent intégrer une isolation permettant d'atteindre les niveaux de performance de la réglementation thermique "élément par élément".

Cela signifie que même si l'objectif premier du ravalement de façades n'est pas d'isoler mais par exemple d'embellir, il faut tout de même le faire. Cela concerne les surface à plus de 50% de terre cuite, de béton, de ciment ou de métal.

Peut-on bénéficier d'une aide financière ?

Le crédit d'impôt de transition énergétique

Vous pouvez obtenir le crédit d'impôt pour des dépenses de travaux effectuées en 2017 ou 2018 si l'isolant est tel que R≥ 3,7 et que l'isolant ait été posé par un professionnel Reconnu Garant de l'Environnement (RGE). Cela correspond par exemple à au moins 10 cm de polystyrène expansé ou de laine minérale. 

Le crédit d'impôt s'élève à 30%, dans la limite d'un plafonds de dépense de 150 € TTC / m². Il s'applique sur le coût du matériel et de la main d'œuvre.

En savoir plus sur le crédit d'impôt

L'éco-prêt à taux zéro

Pour bénéficier de l'éco-PTZ pour des travaux d'isolation de murs donnant sur l'extérieur, il faut a minima poser un isolant tel que R≥ 3,7 et que l'isolant ait été posé par un professionnel Reconnu Garant de l'Environnement (RGE).

Pour bénéficier de l'éco-prêt à taux zéro, il faut soit réaliser une autre catégorie de travaux éligible à l'éco-prêt, soit réaliser les travaux préconisés par une étude thermique.

 

Contenu rédigé par le Club de l'Amélioration de l'Habitat.

Partagez