Confort thermique

De quoi dépend le confort thermique ?

Le confort thermique dans un logement peut se définir comme la sensation de bien-être ressentie dans une ambiance intérieure.

S’il reste subjectif et personnel (deux personnes pouvant se sentir l’une bien et l’autre mal dans la même pièce), mais il dépend toutefois de facteurs objectifs liés à des facteurs physiques :

  • Les températures :
    Entrent en jeu la température de l’air, mais aussi celles des parois de la pièce. Lorsque l’on se tient à proximité d’une paroi (mur ou fenêtre) dont la température est nettement inférieure à celle de l’air ambiant, on ressent alors une sensation de froid. On parle d’effet de « paroi froide ». Un effet à ne pas négliger car on a alors tendance à chauffer plus pour retrouver une sensation de confort.
  • La vitesse de l’air : les classiques « courants d’air », d’autant plus gênants que l’air circulant est frais
  • L’humidité de l’air : un air humide contient de la vapeur d’eau, or l’eau transmet bien mieux le froid ou le chaud que l’air. C’est pour cette raison que l’on se sent bien dans une pièce à 21°C, mais qu’un bain à 21°C est ressenti comme très froid. A température égale, on se sentira donc moins bien dans un air intérieur humide que dans un air plus sec. D’où là encore la tentation d’augmenter le chauffage. !

Comment améliorer son confort ?

Pour le confort d’été

  • Limiter l’apport de chaleur par rayonnement solaire au travers des vitres par l’installation de volets ou de stores. Ils protègeront d’autant mieux de la chaleur qu’ils seront placés à l’extérieur
  • Choisir des couleurs claires,  qui réfléchissent la lumière et la chaleur, pour les façades et les volets.
  • Isoler les murs et le toit
  • Maintenir les fenêtres fermées dans la journée et aérer le logement la nuit, lorsque la température extérieure est moins élevée. Pour une aération plus efficace, on peut essayer de trouver les meilleures combinaisons de fenêtres à ouvrir pour profiter au maximum de courants d’air rafraîchissants.
  • S’équiper d’appareils électro-ménagers et électriques économes (étiquette énergie A ou A+), qui dégagent moins de chaleur à l’usage
  • Éviter d’utiliser les appareils de cuisson lors des fortes chaleurs

Pour le confort d’hiver

  • Isoler les combles : la majeure partie des pertes de chaleur se fait par le toit
  • Isoler les murs en contact avec l'extérieur, afin de limiter les pertes de chaleur et l’effet de « paroi froide »
  • Remplacer vos fenêtres en simple vitrage par des doubles vitrages : diminution de l’effet de  « paroi froide ». Veillez bien si vous remplacez des fenêtres anciennes, qui laissent souvent passer de l’air par les menuiseries, à maintenir une circulation d’air dans votre logement. Selon votre système de ventilation, il peut être nécessaire d’équiper les nouvelles fenêtres d’entrée d’air.


    En savoir plus sur la ventilation

  • Mettre en place une régulation du système de chauffage, qui vous assurera une température constante

 

Contenu rédigé par le Club de l'Amélioration de l'Habitat.

Partagez